10 manœuvres à réussir pendant le permis de conduire

L’obtention du permis de conduire résulte d’un long processus d’apprentissage. Dans un premier temps, il est obligatoire de valider l’épreuve théorique du Code de la route. Ensuite, pour passer l’examen pratique, l’examinateur note la capacité du candidat à réaliser diverses manœuvres.

Celui-ci doit satisfaire les exigences techniques de l’examinateur et éviter toute faute éliminatoire. Voici 10 manœuvres à réussir pour obtenir votre permis de conduire.

A lire également : Rouler en sous-régime : quels sont les risques ?

1.   Le freinage et l’arrêt de précision

Au cours de l’examen pratique, l’examinateur vous demande obligatoirement d’effectuer un arrêt de précision. Cette manœuvre consiste à immobiliser totalement la voiture. Vous devez être capable de conduire depuis n’importe quel point de rdv permis de conduire et vous arrêter quand l’inspecteur le demande. Ceci démontre votre compétence à assurer la sécurité et à maîtriser l’allure en gérant l’arrêt et le freinage.

2.  Le rangement en épi

Le rangement en épi est un stationnement dont l’axe des emplacements de stationnement et celui des allées ne sont ni parallèles ni perpendiculaires. L’emplacement peut être positionné à 45, 60, 75 par rapport à la chaussée.

A lire aussi : Pourquoi choisir une voiture hybride rechargeable ?

Cette manœuvre est souvent effectuée dans les grands espaces de parking où les places sont délimitées, dans un emplacement non rectangulaire. Le candidat doit veiller à ne pas empiéter sur un autre emplacement, soit sur l’avant ou sur l’arrière, lors de sa manœuvre.

3.  Le stationnement en créneau

Le créneau consiste à stationner sur le bord de la route, en se garant entre deux véhicules, en marche arrière. L’inspecteur évalue le candidat dans la maîtrise de la vitesse grâce à l’embrayage. Le futur conducteur doit donc prendre le temps de bien réaliser sa manœuvre. Celle-ci s’effectue en ville dans des moments où la circulation rend les usagers susceptibles d’être nerveux plus facilement.

La difficulté réside dans la détermination s’il y a une place où garer le véhicule dans le marquage au sol.

4.  Le stationnement en bataille

Ce rangement consiste à positionner la voiture suivant les lignes à 90 par rapport à la chaussée. Le stationnement en bataille peut se réaliser en marche arrière, ou en marche avant. Cependant, il est préférable de montrer les compétences au contrôleur en misant sur la marche arrière pendant le jour de l’examen.

5.  La marche arrière en ligne droite

Lors de toutes manœuvres en arrière, le conducteur n’est jamais prioritaire. Il doit soigneusement tenir compte des autres usagers, tout en respectant les règles du Code de la route. En ligne droite, il est important que le clignotant soit activé, et que le candidat vérifie son environnement avant la manœuvre. Il doit :

  • bien rester en position neutre durant toute la manœuvre sans percuter le trottoir ;
  • contrôler les angles morts et les rétroviseurs, et reculer en vision directe ;
  • mettre le point mort, freiner, et lever le frein à main.

6.  La marche arrière en arrondi

Que ce soit en ligne droite, ou en ligne courbe, les exigences techniques sont les mêmes. Le candidat doit toujours activer son clignotant, et vérifier que sa conduite ne gêne pas la circulation. Ce qui les différencie, c’est la trajectoire.

Comme pour toute manœuvre, il est conseillé de marquer un bref arrêt si l’environnement n’a pas pu être observé correctement. Pendant cette manœuvre en arrondi, quand la voiture atteint le début de la courbe, le candidat doit :

  • tourner progressivement le volant ;
  • alterner entre les contrôles de l’entourage ;
  • surveiller le rétroviseur pour un espace latéral.

7.  La marche arrière en angle

À la différence de celle en arrondi, la manœuvre de la marche arrière en angle s’effectue au début de l’angle. Le futur conducteur doit :

  • tourner le volant à fond vers le trottoir ;
  • rouler lentement pour rester parallèle au bord.

Quand cette manœuvre est terminée, le candidat peut s’arrêter pour remettre les roues droites. Elle peut se terminer par une petite marche arrière en ligne droite pour s’éloigner de l’angle.

8.  Le demi-tour en trois temps

Cette manœuvre consiste à retourner un véhicule à 180, dans un espace étroit et de réaliser un demi-tour en une seule fois. Le demi-tour est essentiel à maîtriser, lorsque le conducteur se retrouve dans un cul-de-sac ou dans une voie sans issue. Cette manœuvre comporte une phase de marche arrière dont le secret est de rouler en douceur et d’anticiper.

9.  Le démarrage en côte sur une pente douce

Le démarrage en côte est une manœuvre qui permet de faire avancer un véhicule, celui-ci étant à l’arrêt face à une côte. En pente douce, il est important de trouver une impulsion suffisante à la voiture pour éviter toute marche arrière. Ceci s’applique sans le frein à main, mais se joue plutôt sur la pédale de frein et l’embrayage.

10.  Le démarrage en côte sur une forte montée

C’est l’une des manœuvres les plus redoutées et les plus demandées par l’examinateur lors de l’examen du permis de conduire. Le démarrage en côte sur une forte montée ou sur une pente raide nécessite le recours au frein à main pour assurer une parfaite maîtrise du véhicule. La voiture risque souvent de caler, cependant, elle ne doit pas reculer.

Les manœuvres ne sont pas éliminatoires tant que le conducteur ne met pas la sécurité des autres en danger. Pensez donc à bien vous former auprès de professionnels avant de passer à l’examen du permis de conduire.